LePolytechnicien.org

Un gouvernement neutre…, et après? l'impasse? Imprimer E-mail
  
mercredi 13 février 2013 11:36

Depuis un moment, plusieurs acteurs politiques tunisiens, pousse l’opinion publique vers l’idée d’un gouvernement apolitique. Mais la question qu'ils évitent d’en parler est :  « et après ? »

 Par contre les parties opposant l'idée, ont bien répondu à la question. En effet, dés la première journée, Mr MOHAMED ABBOU le secrétaire général du CPR l’a annoncée "Le CPR passera à l’opposition". Hier, Mr RACHED GHANNOUCHI le président d’ENNAHDHA l’a crié haut et fort, "ENNAHDHA quittera définitivement le pouvoir et passera à l’opposition". De son coté, Mr ABDERRAOUF AYADI l’a annoncé "le mouvement WAFA s’opposera à un tel gouvernement".  HACHMI HAMDI, président d'ELARIDHA a exprimé son point de vue, hier, au BBC "un gouvernement neutre est un coup d'état".

Ces quatres parties représentent 66 % des membres de la constituante. Imaginez-vous un gouvernement auquel s’opposent les deux tiers des constituants ?

 Deux scénarios se dressent :

Le premier scénario est que ces parties retireront leur confiance dés la première journée du nouveau gouvernement. La question persiste alors, « et après ? ».  ENNAHDHA la partie la plus forte l’a clairement dit, c’est un départ définitif du pouvoir. Elle ne formera pas un autre gouvernement et elle s’opposera à n’importe quel autre gouvernement. Le CPR aussi,  il a les mêmes intensions. Du point de vue du mouvement WAFA, la création d’un gouvernement apolitique est un renversement d’un gouvernement élu démocratiquement et elle fera tout pour l’avorter. ELARIDHA le rejoint sur ce point.  Conclusion, la Tunisie est dans une impasse.

 Le deuxième scénario est qu'ils ne retirent pas leur confiance immédiatement. Mais, en tant qu’opposition, ils feront face au nouveau gouvernement. Conséquence, le gouvernement ne pourra rien faire. Une autre fois, la Tunisie dans une impasse.

 Conclusion, quelque soit le scénario, le choix d’un gouvernement neutre est clairement une impasse.

 Alternative ?

Un gouvernement d’unité nationale serait l’idéale. Mais, si on doit avoir des parties au pouvoir et d’autres qui s’y opposent, mieux sera d’avoir les parties majoritaires au pouvoir et les minoritaires en opposition faute de quoi ça sera l’impasse.

Last Updated ( mercredi 13 février 2013 15:21 )
 
Author Profile: Mongi REKIK

This author has published 3 articles so far. More info about the author is coming soon.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir